topblog Ivoire blogs

19/09/2013

Le témoignage du général Michel Gueu

GUEU.jpgIl avait le grade de colonel et faisait encore partie des hommes de confiance du ministre de la Défense au moment des faits, Moïse Lida Kouassi. Après l'échec de l'offensive des Fds (armée loyale à Laurent Gbagbo) sur Bouaké (6 octobre 2002) l'on apprend que le colonel a tourné casaque. Ci-après un extrait de son histoire comme il la conte dans une interview réalisée peu après le 6 octobre à Bouaké....


 

''Du 25 septembre 2002 jusqu'au 06 octobre, un dimanche, le fameux dimanche où les loyalistes ont attaqué Bouaké et ont déclaré qu'ils avaient libéré la ville, j'étais prisonnier. Vous savez, je suis quand même une référence dans l'armée ivoirienne. Je suis une référence. Donc du 25 septembre au 06 octobre, aucune autorité militaire ou civile ne s'est préoccupée de mon sort ni de celui de tous ceux qui étaient avec moi à l'ENSOA. Et qui avaient été arrêtés par les rebelles, et avaient subi des torts.

Ils auraient pu au moins envoyer le CICR pour voir si nous étions encore en vie, comment nous étions traités, comment on se portait, est-ce qu'on mangeait... Rien ! Et le 6 octobre, on apprend que Bouaké est attaqué. Et les consignes particulières qu'ont reçues ces combattants de Laurent Gbagbo, c'était de ne pas faire de prisonniers. Les soldats avaient l'ordre de tuer tout le monde, en l'occurrence tout ce qui est mâle c'est-à-dire tout ce qui est homme.

Voulait-on que je reste les bras croisés afin que les militaires de Gbagbo viennent me tuer ? Ou bien devais-je prendre une arme pour me défendre ? Les jeunes gens qui s'étaient rebellés me connaissent très bien, parce que j'ai eu la chance de former au moins 75 % de ceux qui sont aujourd'hui rebelles ou forces nouvelles, de même d'ailleurs que ceux qui sont en face de nous. Les jeunes m'ont demandé de me joindre à eux, qu'ils avaient besoin de mon expérience et de ma science du combat.

Alors je suis devenu rebelle à cet instant précis du dimanche 06 octobre 2002. (…) Les jeunes gens ont eu le temps de m'exposer ce pourquoi ils ont pris les armes, les causes et les buts de leur lutte. Je me suis donné un temps de réflexion. J'ai trouvé que leur cause était noble. Je veux donc dire que je n'avais pas été associé à l'opération ni contacté auparavant pour que je prenne mes dispositions pour faire partie du mouvement plus tard. Mais leur combat contre la xénophobie, l'ivoirité, l'exclusion est juste. Et en toute responsabilité j'ai décidé d'y adhérer. Il y a donc eu certes du dépit au départ, mais aujourd'hui c'est par conviction que je me bats. Vraiment par conviction.''

13:50 Écrit par SYLLA dans ACTUALITÉ NATIONALE | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.